fbpx

Face aux enjeux écologiques indéniables, la section ébénisterie de l’institut Saint-Luc de Tournai a décidé d’agir, pour poursuivre l’élan initié par la jeune génération qui se mobilise pour la préservation de notre planète.

Durant l’été 2019, alors que l’actualité brésilienne était « brûlante », s’est tenue la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction, connue par son sigle CITES. Selon celle-ci, quelques 5800 espèces animales et 30.000 espèces végétales sont menacées de surexploitation visant à alimenter le commerce international. Et la situation des essences de bois durs exotiques est alarmante.

Les forêts tropicales étant massacrées, les ONG environnementales tirent la sonnette d’alarme et en appellent au boycott des bois exotiques, issus de forêts surexploitées, ou exploitées illégalement. La difficulté majeure pour les bois exotiques, c’est l’absence de traçabilité dans la filière. C’est une aubaine pour les mafias qui y voient un profit énorme sans gros risques, en comparaison du trafic de drogue. Le commerce de bois illégaux est une immense industrie parallèle qui pèse des milliards et menace les forêts du monde entier.

De plus les émissions de carbone pour acheminer ces bois de l’autre bout du monde sont catastrophiques. Chacun d’entre nous doit prendre conscience de sa part de responsabilité dans la dégradation de notre belle planète, surtout les consommateurs. De plus en plus d’essences de bois qui sont souvent utilisées par les ébénistes, comme le bois de rose par exemple, font partie des espèces menacées.

Face à cette situation, nous ne souhaitons plus être complices de toutes ces destructions qu’elles soient écologiques ou humaines.

Déforestation, pillage des ressources de la planète, participation au profit de la pègre et émissions de carbone sont autant de raisons de choisir des bois issus de forêts certifiées, gérées de manière éco-responsable et le plus proche possible de chez nous.

Nous avons donc décidé de ne plus autoriser l’usage des bois exotiques dans notre section dès cette année que ce soit en bois massif ou en placage.

Il existe tellement de magnifiques essences alternatives chez nous, ou en Europe, qu’il semble ridicule de continuer à cautionner un approvisionnement en bois du bout du monde, souvent prélevé sans contrôle…De plus le coût, parfois exorbitant, de ces essences exotiques est bien souvent plus important que celles qui peuplent nos régions. C’est une donnée importante, surtout pour les finances de nos étudiants. Nous avons donc tout à gagner dans cette démarche.

Antoine de Saint-Exupéry évoque un proverbe africain dans “Terre des Hommes” qui nous pousse à envisager le monde avec beaucoup de bienveillance : « Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants ».

Alors préservons leur avenir…en agissant.